Traffic Illégal de Biens Culturels

Comission pour la Prévention du Crime et la Justice Pénale (CPCJP)

Malgré l'inexistence d'entitote pour s'immortaliser, les êtres humains ont pu trouver un moyen de se faire remarquer par leurs œuvres et leurs créations après leur mort. En ce sens, en plus d'être un modèle d'immortalité, les œuvres, les créations, les mœurs qui ont traversé le temps et représentant la culture, sont aussi un symbole de pérennité des nations. En dépit de l'importance de la culture pour les peuples, le monde souffre profondément de la dégradation du respect pour la culture. Un fléau vis-à-vis duquel les actions de l'ONU se sont multipliées. Le Trafic Illégal de Biens Culturels n’est pas une problématique récente dans la communauté internationale et le crime est fréquemment lié au terrorisme et au blanchiment d’argent, ce qui sont des crimes transnationaux. Ainsi, la Commission pour la Prévention du Crime et la Justice Pénale (CPCJP), créé en 1992 par le Conseil Économique et Social des Nations Unies (ECOSOC), a la caractéristique d’être une commission technique dont les principales lignes d’action sont le renforcement international de la lutte contre la criminalité nationale et transnationale et l’amélioration des systèmes de justice pénale. Une lutte que cette commission mène pour barrer le Trafic Illégal de Biens Culturels.